Que reproche-t-on à Bilal Hassani ?

Bilal Hassani, chanteur et youtubeur français, a été sélectionné à l’issue du concours Destination Eurovision pour représenter la France à l’Eurovision 2019, avec sa chanson « Roi ». En faisant défiler les commentaires sous la première vidéo officielle de la chanson, j’ai remarqué la recrudescence de certains types de commentaires négatifs, représentatifs de plusieurs clivages actuels dans la société.

La possibilité de faire une critique constructive

cut critique

J’ai consulté le questionnaire du monde pour savoir ce qui était répréhensible ou non dans nos propos sur internet, et jusqu’à preuve du contraire, j’ai le droit de dire que Bilal Hassani manque de justesse dans ses notes aiguës, sans l’attaquer personnellement pour autant. Le fait de dire que quelqu’un manque de technique vocale et/ou n’est pas le meilleur choix pour l’Eurovision n’est en soi pas problématique.

Preuve en est qu’un coach vocal a publié début janvier une vidéo où il analysait la performance de Bilal Hassani à la première émission de Destination Eurovision. Très bienveillante, sa critique n’omettait toutefois pas de signaler les fausses notes et les points d’amélioration. Une vidéo vue par Bilal Hassani lui-même, qui l’a remercié pour ses conseils avisés. La critique constructive n’est donc pas un mythe !

Est-ce que des personnes ont pu être critiquées sur internet seulement pour avoir fait un commentaire sur sa technique vocale ? Face à la vague de cyber-harcèlement qu’a reçu Bilal Hassani, il y a sans aucun doute eu des défenseurs trop virulents, qui n’ont pas su faire la part des choses. Ce n’est pourtant pas le cœur du débat.

Un candidat choisi pour son message plus que sa voix ?

cut homophobie

cut emission voix

Ce qui cristallise les tensions, c’est l’idée avancée que Bilal Hassani a gagné le concours Destination Eurovision non en raison de sa voix mais de son apparence et des valeurs qu’il défend. En effet, Bilal Hassani aime mettre des perruques et se maquiller, et revendique son droit à la différence dans le texte de sa chanson. Ce serait donc le puissant « lobby lgbt » qui l’aurait fait gagner en dépit de sa technique vocale insuffisante.

Avant de répondre à cet argument, on peut quand même se demander pourquoi tout d’un coup tant de personnes se passionnent pour un concours très peu suivi d’ordinaire dans notre pays. Cela étant dit, il est vrai que si l’on voit l’eurovision comme un concours qui récompense la technique vocale, Bilal Hassani n’est pas le meilleur choix. On peut également avoir des craintes justifiées quant à sa prestation à la finale de l’Eurovision, dans une salle très impressionnante (entre 8 000 et 12 000 spectateurs) et sans aucun playback, ce qui demande une très grande maitrise vocale et scénique.

Pour ce qui est cependant de sa chanson en tant que telle, c’était à mon sens la meilleure proposée à destination eurovision. L’Eurovision a ses codes, et « Roi » coche toutes les cases : du franco-anglais dans les paroles, une mélodie pop entêtante et un poil dramatique, et enfin un message de tolérance.

En tant que spectatrice fidèle de l’eurovision depuis mon enfance, je n’ai aucun problème à voir l’eurovision comme une émission éminemment politique et géopolitique, et il serait naïf de le réduire à un concours honorant les prouesses vocales. En témoigne le choix de la ville israélienne pour accueillir l’Eurovision cette année ! L’année dernière en recevant son trophée, la gagnante israélienne Netta scandait : « next year in Jerusalem ! » (l’an prochain à Jérusalem). Après une pétition irlandaise pour que leur candidat boycotte la compétition, la rumeur du boycott d’autres pays candidats, l’inquiétude d’un quotidien israélien d’une possible annulation de l’émission et beaucoup de diplomatie, c’est finalement à Tel Aviv que l’eurovision aura lieu.

L’eurovision étant politique, elle est de fait une plateforme de choix pour mettre en avant des valeurs. Que les candidats soient choisis en partie pour le message qu’ils portent fait partie de l’ADN de l’eurovision !

L’apogée du politiquement correct ?

cut politiquement correct

Le problème du politiquement correct (je vous conseille à ce sujet ce très bon article sur slate), c’est que c’est un terme tellement fourre-tout que tout le monde est contre. Il peut aussi bien être utilisé pour parler de termes utilisés par le gouvernement comme « l’école de la confiance », pour faire référence à des attitudes conservatrices, ou à l’inverse pour contester des idées progressistes.

Néanmoins, le reproche qui est fait dans les commentaires en utilisant ce terme, c’est celui de surprotéger ou de discriminer positivement des minorités, et de réduire la liberté d’expression de ceux qui voudraient le dénoncer. Un reproche qui correspond peu aux réalités vécues, quand on sait que Bilal Hassani a été victime de cyberharcèlement en raison de sa participation à l’eurovision. C’est d’ailleurs toujours cela qui m’étonne quand je vois quelqu’un brandir cet argument. Ce serait politiquement correct d’être une personne lgbtqia+, quand on sait que les agressions homophobes, pour ne citer qu’elles, ont augmenté de 15% en 2018 ?

Le produit d’un système ?

cut société jamais aussi progressiste

Comme pour le « politiquement correct », l’argument d’appartenir au système dominant se retrouve le plus souvent à droite de l’échiquier politique, mais aussi dans une gauche de tradition marxiste dite « sociale » (en opposition à une gauche « culturelle », plus récente), pour qui la lutte sociale serait prioritaire. En témoigne la vidéo de Tatiana Ventôse sur « l’individualité toxique » qui teinterait la chanson de Bilal Hassani. Selon elle et d’autres, Bilal Hassani serait utilisé par un système et biberonné dans une idéologie individualiste dominante.

Elle critique notamment qu’il montre son individualité par son apparence, ce qui serait matérialiste, superflu et rentrerait dans un schéma de pensée dominant. Si c’était vrai, alors cela voudrait-il dire que c’est un acte anodin ? L’apparence est au contraire la première chose que l’on voit de l’autre, et sortir des normes d’une manière visible à tous est une marque du courage. Si vous avez déjà fait des choix marginaux concernant votre apparence, vous saurez que ce n’est pas quelque chose de facile ou qui fait l’unanimité, loin de là (à ce sujet, vous pouvez par exemple lire cet article sur la pilosité féminine sur Le Claque). De plus, comme le pointe la youtubeuse Antastesia dans une vidéo réponse, si une femme décidait de porter des attributs considérés comme masculins, on ne lui ferait pas la critique du superflu et du matérialisme, mais à l’inverse oui.

Cela ne veut pas dire que Bilal Hassani n’aie aucun défaut, ni qu’il se soustraie complètement de la société dans laquelle il vit, loin de là. L’ambivalence de cet argument, c’est qu’on lui fasse un reproche qu’on n’aurait étonnement pas fait à une personne d’apparence bien dans les normes.

Sources

L’article de Slate sur le politiquement correct : http://www.slate.fr/story/149652/origines-politiquement-correct

Un autre article de Slate sur la défense du politiquement correct : http://www.slate.fr/story/149655/politiquement-correct-racisme-homophobie

Les tensions sur le choix de la ville hôte en Israël : https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2276935-20180524-eurovision-2019-inquietudes-eventuel-boycott-edition-organisee-jerusalem

Un article sur le même sujet, avec un autre point de vue : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2019/02/05/31003-20190205ARTFIG00154-celine-pina-ce-que-la-polemique-sur-bilal-hassani-dit-de-notre-epoque.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s